Calendrier 2013-2014

Les conférences Desjardins de la SHRT

Sauf en cas de mention spéciale, les frais de l’admission des conférences sont de : 3 $ pour les membres; 8 $ pour les non-membres (4 $ pour les étudiants).


Jeudi 26 septembre 2013 : En 1837, j’avais 17 ans par Francine Ouellette, romancière

Guillaume Vaillant est le benjamin d’une famille nombreuse de Canadiens-Français vivant sur une terre proche de Saint-Eustache. Contrairement à ses frères et sœurs, qui suivent les traces familiales ou qui travaillent à l’exploitation du bois pour les Anglais, il estime que l’avenir appartient à ceux qui maîtrisent le savoir (lecture et mathématique). Jeune et idéaliste, il rêve d’un pays meilleur. Guillaume, partagé entre tradition et modernité, fera l’expérience de la vie, se confrontant à l’amour impossible avec Marguerite, mais aussi celle de la désillusion, avec la défaite écrasante des Patriotes à Saint-Eustache, en 1837. La romancière a poursuivi durant une dizaine d’années des recherches approfondies afin d’élaborer le plan de sa saga Feu, dont les quatre premiers tomes, La rivière profanée, L’étranger, Fleur de lys et En 1837, j’avais dix-sept ans, sont parus.

19 h 30, Chapelle historique du Collège Saint-Sacrement, 901, rue St-Louis, Terrebonne.


Jeudi 31 octobre 2013 : Julie de Saint-Laurent, héroïne méconnue par Janik Tremblay, romancière

Julie est roturière, française et catholique. Elle a 30 ans et Édouard en a 23. Bien que tout les sépare, elle accepte de le suivre au Bas-Canada en 1791. Ils vivront à Québec, rue Saint-Louis, jusqu’en 1794. Julie est belle, élégante, intelligente et cultivée, mais elle subit l’ostracisme de la société aristocratique de Québec. Pendant qu’Édouard court les bals, elle se consacre à la musique pour chasser l’ennui et la solitude. Saura-t-elle résister aux avances de son beau professeur de musique, Charles Jouve, qui semble si bien la comprendre ? Quand elle donne le jour à un enfant, pourquoi Édouard l’oblige-t-elle à le confier à une famille adoptive, à son grand désespoir ? Alors qu’elle est ignorée de la haute société du Bas-Canada, tant anglaise que française, pourquoi est-elle victime d’une tentative d’assassinat, un jour de novembre 1792 ?

19 h 30, Chapelle historique du Collège Saint-Sacrement, 901, rue St-Louis, Terrebonne.


Jeudi 28 novembre 2013 : Crimes en Nouvelle-France par Michel Barbeau, généalogiste

Dans cette conférence, Michel Barbeau trace un portrait de la criminalité en Nouvelle-France de la période s’étendant des voyages de découvertes jusqu’à la fin du régime français (1760). Il y décrit également l’organisation de la justice selon les périodes et examine les principales catégories de crimes et les peines qui en découlaient. Plusieurs exemples de crimes y sont évoqués dans chacune des catégories et des statistiques sont fournies.

19 h 30, Chapelle historique du Collège Saint-Sacrement, 901, rue St-Louis, Terrebonne.


Jeudi 9 janvier 2014 : La Veillée des Rois traditionnelle

Olivier B. Brault (violon baroque/pochette) et Dorothéa Ventura (épinette/danse) animeront la soirée : musique, danses et costumes d’époque (début XVIIIe siècle).

Galette des rois et café seront servis aux participants. Prix: 5 $ membre, 10 $ non-membre et 6 $ étudiant.

19 h 30, Chapelle historique du Collège Saint-Sacrement, 901, rue St-Louis, Terrebonne.


Jeudi 30 janvier 2014 : Matthew Moody, conférence-animation par André Fontaine

La carrière du forgeron Matthew Moody est évoquée dans ses grands traits depuis son arrivée à Terrebonne en 1834, à la veille des insurrections des Patriotes, jusqu’à son décès en 1887. Ce manufacturier de machines agricoles a en quelque sorte évité le dépérissement économique de Terrebonne au terme de l’« âge d’or » des moulins de Terrebonne. Grâce à sa ténacité et à celle de ses trois fils, il a favorisé le rayonnement de Terrebonne à travers le continent américain. Ses machines ont été vendues jusqu’en Amérique latine. Parmi les vestiges architecturaux laissés par la famille Moody, subsiste dans un état précaire la manufacture construite en 1892, à l’Est de la rue Saint-Louis, dont l’avenir est plus qu’incertain : il faut à tout prix sauvegarder et restaurer cet immeuble au même titre que l’ont été les moulins de Terrebonne. La manufacture Moody est l’un des joyaux du patrimoine industriel de la région qu’il faut de toute urgence mettre en valeur.

19 h 30, Chapelle historique du Collège Saint-Sacrement, 901, rue St-Louis, Terrebonne.

*** COMPLET ***


Jeudi 27 février 2014 : Souper-poésie – Trois poètes canadiennes-françaises se donnent rendez-vous, lecture de poésie animée par Marie-France Despatie, commentée par Claude Blouin.

Louise-Amélie Panet (1789-1862), Éva Circé-Côté (1871-1949) et Rina Lasnier (1910-1997) se sont données un rendez-vous intemporel au restaurant Da Pietro. Elles s’entretiennent, à travers leur poésie, de patriotisme, de condition féminine et d’évolution de la culture au fil des décennies. Marie-France Despatie, Josée Goulet et Claude Blouin vous feront découvrir ou redécouvrir ces chantres oubliées ou méconnues de notre culture « québécoise », car culture nous avons, qu’il faut affirmer sous toutes ses facettes.

18 h , Restaurant Da Pietro, 749, rue Saint-Pierre, Terrebonne. – Réservation requise. Membre 30 $• Non-membre 40 $. Le prix comprend le repas, les taxes et le service (alcool en sus).

*** COMPLET ***


Jeudi 27 mars 2014 : La Mackenzie, Oldham & Co (1805-1832) et lancement de la brochure La maison Fraser-Mackenzie-Masson (1808), par Claude Blouin, historien

En janvier 1805, la succession de Simon McTavish afferma la seigneurie de Terrebonne pour une période de 12 ans à Henry Mackenzie, agent de la seigneurie depuis 1803. Mackenzie s’associa dès lors à d’anciens partenaires de McTavish, à son frère Roderick et à l’avocat devenu marchand Jacob Oldham pour former une compagnie qui évolua sous le nom de Mackenzie, Oldham and Co. Avec Roderick Mackenzie, Henry Mackenzie et Jacob Oldham furent les seuls associés à élire domicile à Terrebonne. Si Henry Mackenzie habita la maison seigneuriale construite vers 1740, Jacob Oldham se fit construire en 1805, une maison en pierre par le maçon Joseph Augé, à l’Est du manoir, tandis que Roderick aménagea en 1808 dans une magnifique résidence voisine du manoir, construite sous les auspices de Simon Fraser, sur un des plus anciens sites commerciaux du bourg.

19 h 30, Chapelle historique du Collège Saint-Sacrement, 901, rue Saint-Louis, Terrebonne.


Dimanche 13 avril 2014 : Brunch-bénéfice – Le curé neuf, un conte animé et mis en musique par les Faces de Carême, sous la direction artistique de Normand Nantel.

L’arrivée à Terrebonne du nouveau curé Beaumont est l’occasion toute choisie pour une famille de paroissiens d’évoquer les petits travers de la vie et les opinions des gens simples du village sur divers sujets, dont la religion et le clergé.

Réservation et achat de billet préalable requis. Prix unique 40 $. Des reçus aux fins d’impôt seront émis.

11 h , Collège Saint-Sacrement, 901, rue Saint-Louis, Terrebonne.


Jeudi 15 mai 2014 : Survol de l’inventaire du patrimoine bâti de Terrebonne par Claude Blouin, historien (suivie de l’Assemblée générale annuelle des membres).

La Ville de Terrebonne compte quelque 618 immeubles patrimoniaux répartis sur l’ensemble de son territoire. Les moulins de Terrebonne, la maison Perras- Bélisle, la maison Bouvier-Allard, le Collège Saint-Sacrement, le manoir Mackenzie sont sans doute les plus connus. Combien de trésors passent cependant inaperçus ? Un survol du patrimoine bâti de Terrebonne s’impose, car en dehors de quelques spécialistes, qui sait que 12 styles architecturaux sont représentés sur le territoire ? Qui sait que La Plaine compte 60 immeubles patrimoniaux, dont une maison de transition française québécoise ? Il faut découvrir ces joyaux méconnus.)

19 h 30, Chapelle historique du Collège Saint-Sacrement, 901, rue Saint-Louis, Terrebonne.


Excursion historique annuelle

Dimanche 1er juin 2014 : Excursion historique (Groupe Orléans – Keolis Canada) Virée dans les Pays d’en-Haut.

Visite guidée du nouveau Musée du ski et du Vieux Saint-Sauveur (à pied) ; tour de ville de Saint-Adèle et du secteur Mont-Rolland ; visite guidée de Sainte- Marguerite-du-Lac-Masson (fondée par Edouard Masson de Terrebonne), d’Estérel et du manoir du Baron Empain sauvé de la démolition in extremis.

Départ à 8 h 30 du Collège Saint-Sacrement; membre 50 $, non-membre 55 $, incluant le transport, les visites, les guides et le lunch. Retour vers 18 h.