Atelier national de l’AQIP

Le 3 novembre 2017, dans le majestueux décor du Parc de la Chute Montmorency, l’Association des interprètes du patrimoine (AQIP) tenait son 40e atelier national ayant pour thème « L’interprète et la mise en valeur de ses lieux de pratique: défis et opportunités.» Quelque 40 participants ont pu bénéficier de huit présentations par autant d’organismes et d’interprètes. Celles de l’historien Patrice Groulx sur le système patrimonial et de  l’anthropologue André Gousse sur les défis de l’animation d’époque nous ont tout particulièrement intéressés. L’atelier était animé par Gabrielle Normand, présidente de l’AQIP.

En fin d’après-midi, la Société d’histoire de la région de Terrebonne  a «présenté ses efforts pour conjuguer le patrimoine, l’art et l’histoire dans de nouveaux événements permettant d’exploiter l’espace et le territoire autrement». Normand Brière, président, et Claude Blouin, vice-président, représentaient fièrement la SHRT.

Durant le cocktail de clôture, après l’assemblée générale annuelle, le conseil d’administration a distribué ses prix d’excellence et de mérite pour l’années 2017. M. David Lapointe de l’AQIP a remis le Prix d’excellence en interprétation du patrimoine à la SHRT et aux maîtres d’œuvre (Laurelou Chapleau, François-René Despatis-L’Écuyer et Claude Blouin) d’une activité exemplaire : «Les Arts à la trace». Dans son discours de remerciement, Claude Blouin a fait valoir que la reconnaissance et le soutien des pairs n’avaient pas de prix.

Déjà, en septembre 2013, l’AQIP avait remis à la SHRT et à la Maison d’histoire son Prix du mérite en interprétation communautaire «en reconnaissance de la participation de ses membres à l’étude, à la conservation et à la diffusion du patrimoine de sa région.»

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *